Substance : Alcool

info À propos

L'alcool désigne couramment une boisson contenant de l’éthanol et ayant des effets dépressants. Son mode d'action est très large, mais il agit principalement en augmentant l'activité des récepteurs GABA.

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_up

Potentialisation

Les effets de ces substances sont multipliés ou fortement modifiés par leur combinaison.
Fiabilité : non évaluée.

error_outline Risque estimé

cancel

Dangereux

La combinaison de ces substances présente d'importants risques physiques ou mentaux.
Fiabilité : non évaluée.

flare À propos des effets

L'alcool et le GHB sont tous les deux des dépresseurs du système nerveux central, aussi, leurs effets combinés s'amplifient (expérience d'usager souhaitée).

Leurs effets combinés sont divers et souvent indésirables, une partie de ceux-ci sont explicités dans la rubrique "risques" de cette fiche.

menu_book À propos des risques

Ce mélange est très dangereux et potentiellement mortel. La prise conjointe d'alcool et de GHB, deux dépresseurs du SNC, augmente sensiblement les risques de dépression respiratoire, de perte de connaissance ou de black-out, comme de nombreux témoignages le confirment (comme celui-ci ou celui-là). Des cas de décès sont malheureusement à déplorer.

Des effets indésirables variés, tels que des perturbations gastro-intestinales, une baisse de tension et de la saturation sanguine en oxygène ont été relevés par cette étude.

Un post d'usager sur le forum PsychoActif propose quelques informations intéressantes sur les durées d'effets des deux produits, malheureusement sans les sourcer.

edit

bubble_chart Tendance synergique

shuffle

Mixte

La combinaison de ces substances atténue certains de leurs effet et en augmente d'autres.
Fiabilité : avérée.

error_outline Risque estimé

report

Risqué

La combinaison de ces substances présente des risques physiques ou mentaux non négligeables.
Fiabilité : avérée.

flare À propos des effets

Cette combinaison modifie fortement les effets des deux substances :

  • La concentration sanguine de cocaïne augmente de 30% (cf. cette méta-étude).
  • Le cocaéthylène métabolisé par cette combinaison a une durée d'action supérieure à la cocaïne, avec une demi-vie trois à cinq fois plus élevée (voir cet article). Des témoignages le décrivent également comme plus euphorique.
  • Enfin, ce mélange réduit certains effets de l'alcool (comme la perte de coordination, la réduction des réflexes et des facultés cognitives...), donnant une impression de sobriété. Ce phénomène, très connu des usagers, est mis en évidence dans la même méta-étude.

Ces effets, généralement ressentis comme agréables, expliquent que ce mélange soit très populaire (voir par exemple ce thread) malgré sa toxicité.

menu_book À propos des risques

La cocaïne donne une impression de sobriété en masquant une partie des effets de l'alcool. Cela peut pousser l'usager à boire en quantités excessives, ce qui mène à une toxicité accrue pour le corps, et à des risques d'overdose lorsque la cocaïne cesse de faire effet. D'après cette méta-étude, ce mélange augmente aussi les comportements violents par rapport à l'usage d'alcool ou de cocaïne seuls.

La combinaison d'alcool et de cocaïne entraîne la métabolisation par le foie d'une troisième substance : le cocaéthylène. D'après cet article, le cocaéthylène serait 18 à 25 fois plus cardiotoxique que la cocaïne, ce qui démultiplierait les risques de crise cardiaque et d'autres dégâts sur le cœur. Cette substance, en synergie avec les deux premières, exacerberait également leur toxicité pour le foie, les reins, le système immunitaire, et serait associée à des cas de convulsions. Enfin, cette revue de littérature évoque une neurotoxicité plus importante que pour chacune des substances seules.

La même revue nous apprend qu'une fois prise l'habitude de ce mélange, la consommation d'alcool peut entraîner de puissants cravings de cocaïne, et vice-versa, même après plusieurs mois d'abstinence. Les deux dépendances deviennent donc liées.

edit

bubble_chart Tendance synergique

shuffle

Mixte

La combinaison de ces substances atténue certains de leurs effet et en augmente d'autres.
Fiabilité : avérée.

error_outline Risque estimé

warning

Vigilance

Cette combinaison présente de faibles risques physiques ou mentaux, ou peut déclencher des situations à risque.
Fiabilité : avérée.

flare À propos des effets

Cette méta-étude de 2016 fait la synthèse des connaissances sur cette interaction. On peut noter que :

  • l'alcool augmente la concentration plasmatique de MDMA et produit une euphorie plus longue ;

  • la MDMA réduit la confusion mentale de l'alcool, donnant une impression de sobriété, mais ne réduit pas la confusion psychomotrice. Il s'ensuit qu'on se sent sobre mais qu'on titube quand même.

À part ça, certains effets dépresseurs de l'alcool (comme le ralentissement respiratoire ou la relaxation musculaire) sont opposés à l'effet stimulant de la MDMA. On peut le constater dans les listes d'effets subjectifs établies par PsychonautWiki : alcool ; MDMA. Ces effets contradictoires ne s'annulent pas forcément et peuvent entraîner des ressentis étranges.

menu_book À propos des risques

L'alcool étant un dépresseur du système nerveux overdosable, il faut rester vigilant à ne pas abuser lorsqu'on le combine avec un stimulant qui masque ses effets.

L'alcool et la MDMA affectent tous deux la régulation de la température, entraînant un risque d'hyperthermie qui peut elle-même avoir de graves répercussions. Cette méta-étude note que si la consommation modérée d'alcool avec la MDMA ne semble pas empirer ce risque en milieu tempéré et à dose modérée, ce n'est plus le cas lorsque la température augmente (par exemple en contexte festif).

La MDMA est très toxique pour le foie chez certaines personnes, bien qu'on ne sache pas exactement pourquoi (l'hyperthermie est une des causes avancées par cette étude). Plusieurs organisations mettent en garde contre la combinaison avec l'alcool, également hépatotoxique.

Les propriétés stimulantes de la MDMA peuvent donner une impression de sobriété alors même que les réflexes sont toujours altérés par l'alcool, même à petite dose (source : cette étude sur la conduite automobile).

En dehors de ces risques spécifiques, les conséquences d'un abus de chacun de ces produits sont bien connues et il est logique qu'elles s'additionnent en cas de mélange.

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_up

Potentialisation

Les effets de ces substances sont multipliés ou fortement modifiés par leur combinaison.
Fiabilité : non évaluée.

error_outline Risque estimé

warning

Vigilance

Cette combinaison présente de faibles risques physiques ou mentaux, ou peut déclencher des situations à risque.
Fiabilité : non évaluée.

flare À propos des effets

Cette petite étude montre que des doses modérées d'alcool modifient les effets du protoxyde d'azote en les rendant plus euphoriques et confus, sans affecter les signes vitaux. La perte de contrôle et la sensation d'ivresse seraient augmentés, mais pas le plaisir ressenti.

Du côté des consommateurs, les témoignages semblent indiquer une ivresse plus intense qu’avec du protoxyde d’azote seul, mais aussi moins psychédélique. Les effets secondaires (nausée, chute) sont plus fréquents. Les avis divergent sur l’intérêt de cette combinaison, probablement en fonction des effets recherchés.

menu_book À propos des risques

L'usage récréatif de protoxyde d'azote implique la plupart du temps des effets très brefs. La mort par toxicité directe des produits est donc peu probable. Mais ces deux produits ayant des effets sédatifs, les risques de chute, de vomissement et de black-out sont augmentés. Pour ces raisons, TripSit et CombiChecker indiquent cette combinaison comme étant risquée.

Les témoignages d’usagers mettent en effet en garde contre la nausée et les pertes d’équilibre. Il est recommandé de faire attention aux dosages, et de consommer assis ou en PLS afin d’éviter les chutes et l’étouffement.

edit
edit
edit
edit
edit
edit
edit
edit