Substance : Cocaïne

info À propos

La cocaïne est une substance stimulante de la famille des tropanes. Dans le cerveau, elle agit en inhibant la recapture de la dopamine et, dans une moindre mesure, de la sérotonine et de la noradrénaline.

edit

bubble_chart Tendance synergique

shuffle

Mixte

La combinaison de ces substances atténue certains de leurs effet et en augmente d'autres.
Fiabilité : avérée.

error_outline Risque estimé

report

Risqué

La combinaison de ces substances présente des risques physiques ou mentaux non négligeables.
Fiabilité : avérée.

flare À propos des effets

Cette combinaison modifie fortement les effets des deux substances :

  • La concentration sanguine de cocaïne augmente de 30% (cf. cette méta-étude).
  • Le cocaéthylène métabolisé par cette combinaison a une durée d'action supérieure à la cocaïne, avec une demi-vie trois à cinq fois plus élevée (voir cet article). Des témoignages le décrivent également comme plus euphorique.
  • Enfin, ce mélange réduit certains effets de l'alcool (comme la perte de coordination, la réduction des réflexes et des facultés cognitives...), donnant une impression de sobriété. Ce phénomène, très connu des usagers, est mis en évidence dans la même méta-étude.

Ces effets, généralement ressentis comme agréables, expliquent que ce mélange soit très populaire (voir par exemple ce thread) malgré sa toxicité.

menu_book À propos des risques

La cocaïne donne une impression de sobriété en masquant une partie des effets de l'alcool. Cela peut pousser l'usager à boire en quantités excessives, ce qui mène à une toxicité accrue pour le corps, et à des risques d'overdose lorsque la cocaïne cesse de faire effet. D'après cette méta-étude, ce mélange augmente aussi les comportements violents par rapport à l'usage d'alcool ou de cocaïne seuls.

La combinaison d'alcool et de cocaïne entraîne la métabolisation par le foie d'une troisième substance : le cocaéthylène. D'après cet article, le cocaéthylène serait 18 à 25 fois plus cardiotoxique que la cocaïne, ce qui démultiplierait les risques de crise cardiaque et d'autres dégâts sur le cœur. Cette substance, en synergie avec les deux premières, exacerberait également leur toxicité pour le foie, les reins, le système immunitaire, et serait associée à des cas de convulsions. Enfin, cette revue de littérature évoque une neurotoxicité plus importante que pour chacune des substances seules.

La même revue nous apprend qu'une fois prise l'habitude de ce mélange, la consommation d'alcool peut entraîner de puissants cravings de cocaïne, et vice-versa, même après plusieurs mois d'abstinence. Les deux dépendances deviennent donc liées.

edit

bubble_chart Tendance synergique

shuffle

Mixte

La combinaison de ces substances atténue certains de leurs effet et en augmente d'autres.
Fiabilité : supposée.

error_outline Risque estimé

report

Risqué

La combinaison de ces substances présente des risques physiques ou mentaux non négligeables.
Fiabilité : supposée.

flare À propos des effets

La cocaïne et la MDMA ont en commun leur action sur la dopamine, la sérotonine et, dans une moindre mesure, sur la noradrénaline. Leurs modes d'action diffèrent néanmoins.Elles ont donc de nombreux effets similaires comme la stimulation, l'hyperthermie et la confiance en soi. On peut le voir en comparant les listes des effets subjectifs (MDMA ; cocaïne) établies par Psychonautwiki.

Pourtant, d'après ces témoignages et ce rapport (p.57), les usagers décrivent une diminution des effets empathogènes lorsque les deux drogues sont prises ensemble. Des études comportementales sur les animaux laissent par ailleurs soupçonner une synergie complexe. D'après le même rapport de l'OFDT (p.55 et 62), la cocaïne est plutôt consommée pendant la descente de MDMA.

menu_book À propos des risques

Comme le montre cette méta-étude, la cocaïne et la MDMA ont toutes deux des effets cardiotoxiques. Les combiner sans baisser les dosages pourrait donc entraîner un plus grand risque de complication cardiovasculaire.

Concernant le syndrome sérotoninergique, cette méta-étude le classe comme "risque de niveau intermédiaire".

edit

bubble_chart Tendance synergique

shuffle

Mixte

La combinaison de ces substances atténue certains de leurs effet et en augmente d'autres.
Fiabilité : supposée.

error_outline Risque estimé

report

Risqué

La combinaison de ces substances présente des risques physiques ou mentaux non négligeables.
Fiabilité : supposée.

flare À propos des effets

Les témoignages (comme ici) vont dans le sens d'une addition des effets, avec une puissante euphorie, et un mélange du ressenti cotonneux des opiacés et de la stimulation de la cocaïne. Les injecteur·ices décrivent un "double-flash" comparable à un orgasme (exemple), mais très court et régulièrement suivi de sentiments négatifs.

Comme en témoigne cet usager, la plus longue durée d'action des opiacés réduit en partie les symptômes de la descente de cocaïne et le craving qui lui succède.

Des récits comme celui-ci, ou celui-là, cherchent à mettre en garde contre le potentiel addictif de cette combinaison en exposant ses conséquences sur la vie de leurs auteurices.

menu_book À propos des risques

Les opiacés étant des dépresseurs du système nerveux overdosables, il faut être très vigilant à ne pas en abuser lorsqu'on les combine avec un stimulant qui masque leurs effets. Le danger d'overdose est amplifié par la courte durée d'action de la cocaïne : l'usager risque de mal évaluer sa dose d'opiacé, et d'en subir les effets une fois la cocaïne redescendue. La page wikipédia du speedball liste des personnalités décédées de cette combinaison.

Les opiacés (et particulièrement l’héroïne) et la cocaïne sont des produits neurotoxiques. Cette étude portant sur des rats, discutée ici, semble indiquer qu'en cas de combinaison, les dégâts sont plus importants que pour chaque substance seule. En ciblant le cortex préfrontal, cette neurotoxicité limite les facultés de contrôle, de jugement, de prise de décision. Aux propriétés addictives des deux produits s'ajoute donc un mécanisme neurologique altérant le contrôle de soi, et cette boucle de rétroaction pourrait rendre le speedball particulièrement addictif.

De manière générale, cette combinaison est connue pour entraîner une forte dépendance (voir par exemple des témoignages ici et ). Par ailleurs, cette étude montre que la poly-consommation de stimulants et de dépresseurs serait corrélée à plus de pratiques à risque et d'effets secondaires négatifs que la consommation de stimulants seuls.

edit

bubble_chart Tendance synergique

help_outline

Inconnue

Les effets de cette combinaison ne sont pas connus.

error_outline Risque estimé

warning

Vigilance

Cette combinaison présente de faibles risques physiques ou mentaux, ou peut déclencher des situations à risque.
Fiabilité : supposée.

flare À propos des effets

Les témoignages sont trop rares pour qu'on puisse en tirer une généralité. Sur ce thread, les avis divergent entre une euphorie "écrasante", une augmentation de l'anxiété et une expérience neutre. De son côté, TripSit indique une synergie positive (l'affirmation n'est pas sourcée). Cet usager met en garde contre le re-dosage compulsif.

Une étude menée sur des souris montre que le protoxyde d'azote bloque l'expression de la préférence pour la cocaïne. En effet, le protoxyde d'azote est parfois utilisé en milieu médical pour soulager le craving consécutif à un sevrage (méthode PAN). Cette étude en évalue l'efficacité chez l'humain dans le cas de la cocaïne. Toutes ces expérimentations ont été menées dans des cadres très différents de la consommation récréative, avec des dosages contrôlés, une administration continue, du matériel adapté et un personnel qualifié.

menu_book À propos des risques

Le site drugs.com, qui recense les effets des médicaments et les risques de leurs interactions, ne contient aucune donnée pour cette combinaison. Ces deux produits étant bien connus et bien documentés, on peut en déduire qu'il n'y a pas de risque majeur. Néanmoins, la consommation récréative est souvent bien différente de l'utilisation médicale et peut présenter des risques inattendus.

Par exemple, d'après cet usager, combiner ces produits augmente leur potentiel addictif. Dans son cas, l'euphorie est si forte qu'il lui est difficile d'arrêter d'en reprendre. Un autre usager témoigne plutôt d'une augmentation de l'anxiété et de la paranoïa.

Le site drugscience.org indique que, bien que rien ne permette de l'affirmer, le protoxyde d’azote pourrait être plus dangereux en combinaison avec les produits ayant un impact sur la pression sanguine ou le rythme cardiaque. Comme c’est le cas de la cocaïne, cette combinaison requiert des précautions chez les personnes à risques cardio-vasculaires. Le manque d’oxygène ayant un rôle dans la tachycardie du protoxyde d’azote, il est important de respirer régulièrement hors du ballon et d’espacer les prises.

edit
edit
edit