Substance : LSD

info À propos

Le LSD est une substance psychédélique de la famille des lysergamides. Son mode d’action est large : il agit comme agoniste de nombreux récepteurs 5HT (sérotonine) ainsi que des récepteurs D2 (dopamine).

Les informations ci-dessous concernent le LSD et ses pro-drogues telles que le 1p-LSD ou l’ALD-52. Elles peuvent concerner les autres lysergamides, mais leur fonctionnement est trop peu connu pour qu’on puisse l’affirmer.

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_down

Atténuation

Les effets de ces substances sont contradictoires et certains d'entre eux s’atténuent.
Fiabilité : supposée.
check_circle check_circle brightness_1

error_outline Risque estimé

warning

Vigilance

Cette combinaison présente de faibles risques physiques ou mentaux, ou peut déclencher des situations à risque.
Fiabilité : hypothétique.
check_circle brightness_1 brightness_1

flare À propos des effets

D'après cette étude rétrospective (n=15), le LSD masquerait les effets de l'alcool. Des témoignages vont dans ce sens, des usagers de LSD rapportant boire de grandes quantités d'alcool sans ressentir d'ivresse. Les auteurs de l'étude font l'hypothèse que cette interaction serait due à l'affinité du LSD avec les récepteurs dopaminergiques et 5HT2c (sérotoninergiques).

D'un autre côté, d'autres témoignages (comme ici et ) rapportent que ce serait l'alcool qui réduirait les effets psychédéliques du LSD. Certains usagers apprécient cette atténuation, tandis que d'autres en sont frustrés et parlent d'un trip-killer.

Ces deux fils de témoignage (ici et ) donnent un aperçu de la diversité des ressentis possibles. L'alcool et le LSD ayant chacun une pharmacologie complexe, cela pourrait venir de différences de dosage, de temporalité des prises, de contexte, de métabolisme ou de sensibilité. Les intervenants de ce topic décrivent comment l'augmentation du dosage d'alcool change les effets de l'interaction.

menu_book À propos des risques

Le PsychoWiki note que la déshydratation de l'alcool, sa confusion et sa tendance à rendre nauséeux pourraient influencer negativement les effets du LSD. TripSit considère pourtant que ce mélange ne présente pas de risque particulier.

Par ailleurs, plusieurs témoignages (comme ici) rapportent un contrecoup ("gueule de bois") particulièrement intense le lendemain.

Ces témoignages préviennent aussi d'un risque de surdosage d'alcool lorsque ses effets sont masqués par ceux du LSD.

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_up

Potentialisation

Les effets de ces substances sont multipliés ou fortement modifiés par leur combinaison.
Fiabilité : avérée.
check_circle check_circle check_circle

error_outline Risque estimé

drag_handle

Neutre

La combinaison de ces substances n'augmente pas significativement leurs risques par rapport à une consommation indépendante.
Fiabilité : supposée.
check_circle check_circle brightness_1

flare À propos des effets

Cette description est une somme de témoignages trouvés sur Internet.

Malgré que le LSD et le protoxyde d'azote agissent de façons très différentes sur l'organisme, leurs effets semblent se potentialiser avec de puissants visuels et une synergie unique entre les ressentis dissociatifs et psychédéliques. Les effets sont courts, mais la distorsion temporelle peut les faire sembler plus long.

Les témoignages montrent des impressions récurrentes de déconstruction de la réalité, de mort de l’ego (ego death), de compréhension accrue du fonctionnement de l’univers (suivie d’amnésie) et de boucles temporelles.

La plupart des retours sont positifs, mettant en avant l’euphorie et l’absence de peur malgré une forte désorientation. Mais il y a quelques cas de personnes ayant mal vécu leur trip, notamment en raison de dosages trop élevés.

PsychonautWiki résume cette combinaison comme entraînant une augmentation soudaine et dramatique des visuels géométriques ainsi qu’une mort de l’ego.

menu_book À propos des risques

Le protoxyde d’azote multiplie les effets des psychédéliques et les ravive pendant la descente. D’après Drugscience, cela peut être effrayant ou perturbant si l’usager ne s’y attend pas.

La perte de réalité engendrée par le protoxyde d’azote est potentialisée par les psychédéliques, ce qui augmente le risque de chute si l’on ne consomme pas assis ou allongé (témoignage).

Le LSD n’est pas neurotoxique et la consommation modérée de protoxyde d’azote ne l’est pas non plus. Pour cette raison, d’après le Docteur X d’Energy Control, rien ne permet d’envisager un risque neurobiologique dans le cadre d’une consommation raisonnable.

LSD + MDMA (Candy flip)

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_up

Potentialisation

Les effets de ces substances sont multipliés ou fortement modifiés par leur combinaison.
Fiabilité : supposée.
check_circle check_circle brightness_1

error_outline Risque estimé

drag_handle

Neutre

La combinaison de ces substances n'augmente pas significativement leurs risques par rapport à une consommation indépendante.
Fiabilité : supposée.
check_circle check_circle brightness_1

flare À propos des effets

Malgré sa popularité, le candyflip a été peu étudié jusqu'ici. Une étude comportementale sur les rats laisse entendre que le LSD maximiserait les effets de la MDMA, et rapporte des propos d'usagers conseillant de baisser les dosages.

Cette synergie semble confirmée par les retours d'usagers, comme dans ce topic. On décrit généralement une forte alchimie entre le psychédélisme du LSD et l'empathie de la MDMA.

menu_book À propos des risques

Les usager·es ne rapportent de problème particulier. L'expérience est généralement décrite comme agréable (exemple), mais ça ne supprime pas les risques inhérents aux psychédéliques, comme le bad trip (ici à cause d'un environnement anxiogène, et avec du cannabis en plus).

Cette revue de littérature peine à évaluer le risque de syndrome sérotoninergique en raison du manque d'informations sur le mode d'action du LSD et ses interactions. Cette étude rapporte chez les rats une neurotoxicité de la MDMA augmentée proportionnellement par l'administration de LSD.

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_down

Atténuation

Les effets de ces substances sont contradictoires et certains d'entre eux s’atténuent.
Fiabilité : supposée.
check_circle check_circle brightness_1

error_outline Risque estimé

drag_handle

Neutre

La combinaison de ces substances n'augmente pas significativement leurs risques par rapport à une consommation indépendante.
Fiabilité : supposée.
check_circle check_circle brightness_1

flare À propos des effets

Nous n'avons pas trouvé d'étude concernant cette interaction. Mais selon diverses sources médicales, les benzodiazépines réduisent les effets du LSD. Ainsi, la revue Medscape préconise d'en donner aux patient·es qui réagissent mal au LSD. Les usager·es connaissent bien cette propriété : cette correspondance médicale rapporte que beaucoup s'arrangent pour avoir du diazépam à disposition quand iels tripent.

Mais malgré leur réputation de trip killers, les benzodiazépines ne sont pas des antidotes au LSD. Bien que les retours d'expérience rapportent généralement une réduction de l'intensité mentale et des visuels, les effets psychédéliques peuvent persister (ce trip report et celui-ci en sont de bons exemples). Pris sur la fin des effets du LSD, les benzodiazépines semblent par contre bien en écourter la durée, ainsi qu'en atténuer les effets résiduels (comme l'illustre ce fil de témoignages).

La combinaison peut avoir des résultats paradoxaux. Par exemple, ce trip report raconte comment les effets délirants d'une forte dose d'alprazolam ont potentialisé un bad trip de LSD. Et chez ces usager·es, la relaxation induite par les benzodiazépines amplifie les effets psychédéliques.

menu_book À propos des risques

Bien que nous n'ayons pas trouvé d'étude spécifiquement à ce sujet, le mélange de LSD et de benzodiazépine ne semble en soi pas poser de problème

Néanmoins, leur utilisation comme trip killer n'est pas non plus sans conséquence.

  • D'abord, il est faux que les benzodiazépines puissent totalement arrêter les effets d'un psychédélique. Si une personne vit un bad trip, il faut également essayer la réassurance, le changement d'environnement, etc. La revue médicale Medscape conseille d'ailleurs de ne recourir au diazépam qu'en seconde intention.
  • Ensuite, les benzodiazépines ont leurs propres effets, qui s'ajoutent à ceux des psychédéliques. Par exemple, dans ce trip report, l'auteur prend une forte dose d'alprazolam en croyant arrêter un bad trip, mais les trous de mémoire et la désinhibition ne font que l'amplifier et mettent l'auteur en danger. Ce ne sont donc pas des ingrédients magiques, et une personne vivant une situation difficile ne doit pas être laissée sans surveillance.
  • Enfin, il y a le risque de s'habituer à leur consommation, alors que ce sont des produits addictifs.

Ce témoignage d'un bad trip de LSD pendant un sevrage d'étizolam souligne qu'il vaut mieux ne pas arrêter une consommation de longue date avant de prendre du LSD.

LSD + MXE

edit
edit
edit
edit
edit

DXM + LSD (LSDXM)

edit

LSD + IMAO

edit
edit
edit
edit