Substance : Tramadol

info À propos

Le tramadol est une substance analgésique et euphorisante de la famille des opiacés. Elle agit principalement comme agoniste des récepteurs μ-opioïdes, mais son mode d'action est très large et inclut la libération de sérotonine et l'inhibition de la recapture de noradrénaline.

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_up

Potentialisation

Les effets de ces substances sont multipliés ou fortement modifiés par leur combinaison.
Fiabilité : supposée.

error_outline Risque estimé

cancel

Dangereux

La combinaison de ces substances présente d'importants risques physiques ou mentaux.
Fiabilité : avérée.

flare À propos des effets

Les effets de cette interaction sont mal connus, car il n'existe pas encore d'étude prospective à son sujet. De plus, sa dangerosité supposée en fait une combinaison peu pratiquée par les usagers récréatifs, et donc peu décrite.

Sur Erowid, les quelques retours d'usagers rapportent une proportion élevée de crises épileptiques, pertes de connaissances et convulsions (voir par exemple ici, ou ).

De plus, cette revue de littérature rassemble les cas où cette combinaison a entraîné un syndrome sérotoninergique (STS), dont les symptômes incluent : confusion, fièvre, contractions involontaires, augmentation de la pression sanguine, du rythme cardiaque... Ce TR décrit peut-être un STS de faible intensité.

Comme l'explique cet article, le risque de STS existe parce que le tramadol et les I(S)RS ont en commun d'agir sur la sérotonine en inhibant sa recapture. De plus, la plupart des I(S)RS altèrent la métabolisation du tramadol en inhibant l'enzyme CYP2D6, ce qui augmente sa concentration dans le sang, et donc la stimulation des récepteurs à sérotonine. Le même mécanisme pourrait par contre amoindrir l'effet analgésique du tramadol en empêchant la formation de son métabolite, principal responsable de l'effet opiacé.

Il existe quelques retours d'expérience sans incident, comme celui-là. Les effets décrits ne semblent alors pas différer de ceux du tramadol consommé sans I(S)RS.

menu_book À propos des risques

Le moteur d'interactions médicamenteuses de drugs.com indique deux risques :

  • les convulsions, car le Tramadol comme les I(S)RS abaisseraient le seuil épileptogène. Ce risque est confirmé par une majorité de retours d'usagers sur Erowid, parfois à faibles doses (voir par exemple ce Trip Report).

  • le syndrome sérotoninergique. Ce risque est confirmé par des études de cas (citées par exemple ici). Son incidence est considérée comme faible en milieu médical (voir cette revue de littérature), mais elle n'est pas évaluée chez les usagers récréatifs, qui ont tendance à consommer des doses supérieures aux doses thérapeutiques.

Chacune de ces complications peuvent avoir de graves conséquences. Pour cette raison, TripSit indique ce combo comme étant dangereux. Dans la pratique médicale, il est généralement considéré comme acceptable mais nécessitant une surveillance particulière (voir par exemple le tableau p.12 de cette revue de littérature).

edit

bubble_chart Tendance synergique

add

Addition

Ces substances n'interagissent pas de façon significative. Leurs effets sont similaires et s'additionnent.
Fiabilité : hypothétique.

error_outline Risque estimé

report

Risqué

La combinaison de ces substances présente des risques physiques ou mentaux non négligeables.
Fiabilité : hypothétique.

flare À propos des effets

L'alcool et le tramadol sont deux dépresseurs du système nerveux central (SNC). D'après le site drugs.com, il y a au moins une addition de la sédation, de la somnolence et de la confusion.

Des vomissements sont rapportés par deux témoignages, ici et . Ce dernier signale également une sudation extrême et des hallucinations les yeux fermés. Cet usager décrit une potentialisation des effets de l'alcool, en particulier l'euphorie et la confusion. Au contraire, cette usagère rapporte que le tramadol aurait supprimé son ressenti subjectif de l'alcool.

Ces témoignages ne peuvent être généralisés en raison de leur faible nombre et de l'absence d'étude spécifique. L'alcool et le tramadol ont chacun un large champ d'action, ce qui augmente les possibilités d'interactions et les variations entre les individus.

menu_book À propos des risques

Comme l'explique cette revue de littérature, l'alcool amplifie les effets de sédation, de somnolence et de confusion des opiacés. Il faut donc éviter toute tâche requérant de l'attention ou de la précision. De plus, les surdoses provoquent des nausées, altèrent la conscience et réduisent les réflexes de toux et de respiration. Il y a donc un risque de s'étouffer avec sa langue ou son vomi, ou d'arrêter de respirer dans son sommeil.

Certains usager·es, comme celui-ci, s'inquiètent d'une majoration du risque de convulsion. Cette petite étude statistique (n=57) montre en effet que les convulsions surviennent à des doses plus faibles quand le tramadol est mélangé à de l'alcool.

Le site drugs.com, qui s'adresse aux professionnels de la santé, indique un risque modéré. TripSit et CombiChecker, qui s'adressent aux usager·es, classent ce combo comme dangereux. Il est pour l'instant difficile de trancher en raison du manque de témoignages et d'études spécifiques.

Par ailleurs, le tramadol est parfois conditionné avec du paracétamol. Comme le rappelle cette revue de littérature, la toxicité pour le foie de ce dernier peut être multipliée en cas de combinaison avec de l'alcool (surtout si l'alcool est, ou a été par le passé, consommé de façon régulière ou en grandes quantités).

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_up

Potentialisation

Les effets de ces substances sont multipliés ou fortement modifiés par leur combinaison.
Fiabilité : hypothétique.

error_outline Risque estimé

report

Risqué

La combinaison de ces substances présente des risques physiques ou mentaux non négligeables.
Fiabilité : hypothétique.

flare À propos des effets

La pharmacologie complexe du tramadol rend difficile de deviner les effets de cette combinaison, dont on a très peu de retours en raison de sa dangerosité supposée.

D'après cet article, le tramadol a un effet IRS qui devrait théoriquement réduire les effets de la MDMA. Mais le tramadol est également un libérateur de sérotonine, et deux retours d'expériences (ici et ) rapportent une euphorie très exacerbée.

Par ailleurs, le tramadol est sédatif à faible dose et stimulant à forte dose (voir PsychonautWiki). Cela peut renforcer ou s'opposer aux effets stimulants de la MDMA. Les effets contradictoires ne s'annulent pas forcément et peuvent entraîner des ressentis étranges.

menu_book À propos des risques

Le risque de syndrome sérotoninergique semble difficile à évaluer. D'un côté, une méta-étude le classe comme faible en raison des effets IRS du tramadol ; mais elle semble extrapoler à partir des anti-dépresseurs ISRS au lieu de se baser sur des données spécifiques au tramadol. De l'autre, cet article parle de "contre-indication" en raison de ses effets également libérateurs de sérotonine, et des usagers rapportent une euphorie très exacerbée.

Le tramadol est également connu pour baisser le seuil épileptogène, augmentant le risque de convulsion, et l'on soupçonne que cela empire en cas de combinaison avec un stimulant (comme la MDMA). Ainsi, drugs.com présente cette combinaison comme dangereuse.

edit
edit
edit
edit
edit