Substance : 2C-x

info À propos

Les 2C-x sont des substances psychédéliques et entactogènes de la famille des phényléthylamines. Elles agiraient comme agonistes des récepteurs sérotoninergiques.

Les informations ci-dessous concernent l’ensemble des 2C-x, tels que le 2C-B, mais pas le 2C-B-Fly ni les 2C-T-x, qui ont chacun une page dédiée.

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_up

Potentialisation

Les effets de ces substances sont multipliés ou fortement modifiés par leur combinaison.
Fiabilité : supposée.

error_outline Risque estimé

warning

Vigilance

Cette combinaison présente de faibles risques physiques ou mentaux, ou peut déclencher des situations à risque.
Fiabilité : théorique.

flare À propos des effets

Les 2C-x sont une classe de molécules ayant en commun des effets empathogènes, hallucinogènes et psychédéliques. Il n'y a pas d'étude portant sur leurs interactions avec la MDMA, aussi il faut se baser sur les retours d'expérience, peu nombreux. Ces informations sont donc à prendre avec des pincettes.

Leurs structures sont proches de celle de la MDMA, avec laquelle elles ont des ressemblances et sont souvent comparées. On peut donc s'attendre à une exacerbation des effets de la MDMA, avec des variations subtiles en fonction du profil individuel de chaque molécule, qu'on peut consulter sur PsychonautWiki ou Pihkal. Il est fortement recommandé de baisser les dosages.

2C-B (nexusflip / honeyflip):

On signale une forte synergie, avec une amplification de l'euphorie et une composante psychédélique. Shulgin s'intéresse à cette combinaison dans le cadre thérapeutique, et conseille de prendre le 2C-B à la fin de la MDMA afin d'intellectualiser les émotions (exemple de trip suivant ces indications). Des retours d'expérience sur Reddit et Quora laissent soupçonner que ces deux substances puissent être compétitives en cas de prise simultanées (un effet prenant le pas sur l'autre).

2C-C :

Les quelques retours d'expérience décrivent une synergie intense, déconseillée aux usagers inexpérimentés, avec de forts visuels et une portée introspective.

2C-D :

Bien que ce combo ne semble pas du tout documenté, on peut noter que Sulgin qualifie le 2C-D de "tofu pharmacologique" en raison de sa tendance à prolonger les effets des autres drogues sans les altérer.

2C-E :

On signale une forte synergie psychédélique, avec des vagues de plaisir intense et de puissantes hallucinations. Ce trip report mentionne nausées et difficultés à se connecter à autrui dans un contexte sexuel.

2C-I :

Les retours d'expérience mettent l'accent sur une alchimie positive où le 2C-I prolonge, accentue et approfondit les effets de la MDMA en cas de prise différée. Ce combo semble empathique, visuel et sensuel (voir par exemple ce trip report).

2C-P :

Ce combo est très peu documenté, probablement parce que le 2C-P seul est déjà difficile à doser et à prévoir. On peut consulter les rares retours d'expérience pour se faire une idée. Pour le 2C-B-Fly et les 2C-T-x, consultez les données d'interaction dédiées.

menu_book À propos des risques

Les 2C-x et la MDMA ont chacun des profils plutôt sécures dans le cadre d'une consommation raisonnable et les usager·es ne rapportent pas de problème particulier. Mais il n'y a pas d'étude portant sur cette interaction et les 2C-x sont des produits mal connus, aussi la prudence reste de mise. On peut faire quelques suppositions à partir du 2C-B, le plus étudié d'entre eux :

  • Le 2C-B augmente légèrement la pression artérielle et la fréquence cardiaque (étude), tout comme la MDMA. Cela pourrait être un problème chez les personnes sujettes aux problèmes cardio-vasculaires.

  • Concernant le syndrome sérotoninergique, le 2C-B partage des propriétés avec les psychédéliques comme les LSD et les stimulants comme l'amphétamine (voir les conclusions de cette étude). En ce basant sur les estimations de cette méta-étude, on peut supposer que le risque de syndrome sérotoninergique se situe quelque-part entre "faible" et "intermédiaire".

  • Enfin, l'alchimie de ces substances (cf. Synergie) peut entraîner des états mentaux déstabilisants en cas de surdosage, d'environnement défavorable ou d'état d'esprit négatif. Bien que les bad trip avec ces substances seules semblent rares, ce risque n'est pas à exclure (voir par exemple ce trip-report).

Attention, ces données d’interaction ne concernent pas le 2C-B-Fly et les 2C-T-x, qui ont chacun une page dédiée.

edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_up

Potentialisation

Les effets de ces substances sont multipliés ou fortement modifiés par leur combinaison.
Fiabilité : avérée.

error_outline Risque estimé

drag_handle

Neutre

La combinaison de ces substances n'augmente pas significativement leurs risques par rapport à une consommation indépendante.
Fiabilité : supposée.

flare À propos des effets

Cette description est une somme de témoignages trouvés sur Internet. Ici, les 2C-x seront traités comme un ensemble en raison de leurs similarités.

Malgré que le protoxyde d’azote et les 2C-x agissent de façons très différentes sur l’organisme, leurs effets semblent se potentialiser avec une synergie unique entre les effets psychédéliques, euphoriques et dissociatifs.

On rapporte généralement des hallucinations puissantes et très colorées, ainsi que de la synesthésie, des distorsions sonores et, parfois, un son strident caractéristique. L’euphorie est également très fréquente, avec une réduction de l’anxiété liée à l’expérience psychédélique. Les effets sont très courts, mais peuvent sembler plus longs en raison de la distorsion temporelle.

À haute dose, et particulièrement lorsque le protoxyde d’azote est pris au pic des effets des 2C-x, cela peut aller jusqu’à une déconnexion totale de la réalité. On remarque alors une récurrence du vocabulaire de la science-fiction (« hyperespace », « dimensions »…). Ces effets ne sont pas à prendre à la légère car, comme toute expérience psychédélique, ils peuvent être choquants, déroutants ou très signifiants pour la personne qui les a vécu. Des cas de black-out ont été rapportés, suivis d’une anxiété impactant le reste du trip.

L’effets anesthésiant et euphorisant du protoxyde d’azote peut réduire l’inconfort physique (bodyload) de certains 2C-x, mais cela ne fonctionne pas toujours (ici avec du 2C-E). Cela ne semble pas efficace non plus contre la douleur entraînée par une prise nasale.

menu_book À propos des risques

Le protoxyde d’azote multiplie les effets des psychédéliques et les ravive pendant la descente. D’après Drugscience et ce témoignage, cela peut être effrayant ou perturbant si l’usager ne s’y attend pas. Malgré le peu de retours négatifs de cette combinaison, il reste possible d'en faire un bad trip.

La déconnexion engendrée par le protoxyde d’azote est potentialisée par les psychédéliques, ce qui augmente le risque de chute si l’on ne consomme pas assis ou allongé (témoignage).

Pour l'instant, rien ne permet de penser que cette combinaison soit plus toxique que l'un ou l'autre de ces produits consommés seuls.

edit
edit
edit