Substance: Ketamine

info About

La kétamine est une substance dissociative de la famille des arylcyclohéxylamines. Ses effets sont principalement dus à l’antagonisme des récepteurs NMDA.

edit

bubble_chart Synergistic tendency

trending_up

Increase

The effects of these substances are multiplied or greatly modified by their combination.
Reliability: inferred.

error_outline Estimated risk

warning

Caution

This combination presents relatively low physical or mental risks, or may result in risky situations.
Reliability: hypothetical.

flare About effects

Ces deux substances ont des effets très différents : on peut le constater en consultant les listes d'effets subjectifs établies par PNWiki (Kétamine ; MDMA). Pourtant leur combinaison semble entraîner une synergie unique, qualifiée par cet usager de « bordel psychédélique sans nom ».

Ainsi, plusieurs témoignages (voir ici et ) rapportent une potentialisation inattendue, visuelle et déstabilisante, presque délirante. Un des intervenant·es met d’ailleurs en garde contre le surdosage. DMT-Nexus en parle comme d'un "rêve lucide".

Certaines personnes trouvent qu'à petit dose, la MDMA donne de la chaleur à l'expérience de la kétamine qui elle-même apporterait du psychédélisme à la MDMA (témoignages en français et en anglais). Il ressort aussi que la kétamine atténue la tension musculaire provoquée par la MDMA.

menu_book About risks

La notice de la kétamine indique une augmentation très fréquente de la pression artérielle et du rythme cardiaque (résorbée en 15min). Cet effet secondaire est encore plus fréquent en cas d'interaction avec un sympathomimétique (définition) ; or, la MDMA en est justement un. La kétamine étant contre-indiquée chez les personnes ayant des antécédents cardio-vasculaires, c'est a fortiori le cas de ce mélange aussi. Néanmoins, il ne semble pas y avoir pour l'instant de cas clinique attribué à ce combo.

La prudence recommande de baisser les dosages de chaque substance. D'abord, les ressentis de la Kétamine et de la MDMA sont très différents. Les effets de l’un pourraient masquer ceux de l’autre et entraîner une surdose involontaire en poussant au redosage : comme l'explique cette usagère, ce risque est accentué par la courte durée d'action de la kétamine. Ensuite, cette combinaison peut entraîner une puissante potentialisation, qui risque d’entraîner la personne plus loin qu’elle ne le souhaitait : ainsi les intervenant·es de ce fil de discussion recommandent de rester vigilant·e sur la kétamine, y compris en descente de MDMA.

À noter qu'un abus (binge) rapproché de ces deux substances pourrait empirer la toxicité dopaminergique de la MDMA (cf. une étude portant sur des souris).

edit

bubble_chart Synergistic tendency

trending_up

Increase

The effects of these substances are multiplied or greatly modified by their combination.
Reliability: proven.

error_outline Estimated risk

drag_handle

Neutral

The combination of these substances does not significantly increase their risks compared to independent use.
Reliability: hypothetical.

flare About effects

La kétamine et le protoxyde d'azote sont deux dissociatifs. Comme le montre ce thread sur Reddit, leur combinaison entraîne une puissante potentialisation des effets du protoxyde.

Cette combinaison entraîne couramment des distorsions auditives, une perte de réalité accompagnée d'une sensation de chute ou de vitesse, et parfois l'arrivée dans des réalités complètement différentes, avec des hallucinations visuelles et corporelles très convaincantes, pouvant aller jusqu'à une ego death. L'expérience peut être ressentie comme jouissive ou très désagréable ; elle ne doit pas être prise à la légère et ne laisse jamais indifférent.

Cette description des effets est une compilation de trip-reports trouvés sur Erowid.org.

menu_book About risks

Il y a trop peu d'études pour se faire une idée des dangers de cette combinaison. Néanmoins, les retours d'usagers ne semblent pour l'instant pas signaler de problème particulier. Cette étude indique une potentialisation de la neurotoxicité chez les rats en cas d'exposition prolongée.

La combinaison de deux dissociatifs augmente les risques de chute (cf. ce trip-report). Aucune nausée n'a été rapportée ; mais par précaution, il vaut mieux consommer assis ou allongé en position latérale de sécurité.

Les effets de cette combinaison sont puissants et déstabilisants. Plusieurs trip-reports (par exemple ici et ) rapportent une frayeur intense à l’idée de ne pouvoir « revenir ».

edit
edit
edit
edit
edit
edit
edit
edit