Substance: Cocaine

info About

Cocaine is a stimulating substance from the tropane family. It acts by inhibiting the reuptake of dopamine in the brain and, to a lesser extent, of serotonin and noradrenaline.

Cocaine + Opiates (Speedball)

edit

bubble_chart Synergistic tendency

shuffle

Mixed

The combination of these substances attenuates some of their effects and increases others.
Reliability: inferred.
check_circle check_circle brightness_1

error_outline Estimated risk

report

Unsafe

The combination of these substances presents non-negligible physical or mental risks.
Reliability: inferred.
check_circle check_circle brightness_1

flare About effects

Les témoignages (comme ici) vont dans le sens d'une addition des effets, avec une puissante euphorie, et un mélange du ressenti cotonneux des opiacés et de la stimulation de la cocaïne. Les injecteur·ices décrivent un "double-flash" comparable à un orgasme (exemple), mais très court et régulièrement suivi de sentiments négatifs.

Comme en témoigne cet usager, la plus longue durée d'action des opiacés réduit en partie les symptômes de la descente de cocaïne et le craving qui lui succède.

Des récits comme celui-ci, ou celui-là, cherchent à mettre en garde contre le potentiel addictif de cette combinaison en exposant ses conséquences sur la vie de leurs auteurices.

menu_book About risks

Les opiacés étant des dépresseurs du système nerveux overdosables, il faut être très vigilant à ne pas en abuser lorsqu'on les combine avec un stimulant qui masque leurs effets. Le danger d'overdose est amplifié par la courte durée d'action de la cocaïne : l'usager risque de mal évaluer sa dose d'opiacé, et d'en subir les effets une fois la cocaïne redescendue. La page wikipédia du speedball liste des personnalités décédées de cette combinaison.

Les opiacés (dans l'étude qui suit, l'héroïne) et la cocaïne sont des produits pouvant être neurotoxiques. Cette étude portant sur des rats, discutée ici, semble indiquer qu'en cas de combinaison, les dégâts sont plus importants que pour chaque substance seule. En ciblant le cortex préfrontal, cette neurotoxicité limite les facultés de contrôle, de jugement, de prise de décision. Aux propriétés addictives des deux produits s'ajoute donc un mécanisme neurologique altérant le contrôle de soi, et cette boucle de rétroaction pourrait rendre le speedball particulièrement addictif.

De manière générale, cette combinaison est connue pour entraîner une forte dépendance (voir par exemple des témoignages ici et ). Par ailleurs, cette étude montre que la poly-consommation de stimulants et de dépresseurs serait corrélée à plus de pratiques à risque et d'effets secondaires négatifs que la consommation de stimulants seuls.

edit

bubble_chart Synergistic tendency

shuffle

Mixed

The combination of these substances attenuates some of their effects and increases others.
Reliability: proven.
check_circle check_circle check_circle

error_outline Estimated risk

report

Unsafe

The combination of these substances presents non-negligible physical or mental risks.
Reliability: proven.
check_circle check_circle check_circle

flare About effects

Cette combinaison modifie fortement les effets des deux substances :

  • La concentration sanguine de cocaïne augmente de 30% (cf. cette méta-étude).
  • La combinaison d'alcool et de cocaïne entraîne la métabolisation par le foie d'une troisième substance : le cocaéthylène. Sa durée d'action est supérieure à la cocaïne, avec une demi-vie trois à cinq fois plus élevée (voir cet article). Des témoignages le décrivent également comme plus euphorique.
  • Enfin, ce mélange réduit certains effets de l'alcool (comme la perte de coordination, la réduction des réflexes et des facultés cognitives...), donnant une impression de sobriété. Ce phénomène, très connu des usagers, est mis en évidence dans la même méta-étude.

Ces effets, généralement ressentis comme agréables, expliquent que ce mélange soit très populaire (voir par exemple ce thread) malgré sa toxicité.

Meme

menu_book About risks

La cocaïne donne une impression de sobriété en masquant une partie des effets de l'alcool. Cela peut pousser l'usager à boire en quantités excessives, ce qui mène à une toxicité accrue pour le corps, et à des risques d'overdose lorsque la cocaïne cesse de faire effet. D'après cette méta-étude, ce mélange augmente aussi les comportements violents par rapport à l'usage d'alcool ou de cocaïne seuls.

D'après cet article, le cocaéthylène métabolisé par ce mélange serait 18 à 25 fois plus cardiotoxique que la cocaïne, ce qui démultiplierait les risques de crise cardiaque et d'autres dégâts sur le cœur. Il exacerberait aussi la toxicité pour le foie, les reins, le système immunitaire, et serait associé à des cas de convulsions. Enfin, cette revue de littérature évoque une neurotoxicité plus importante que pour chacune des substances seules.

La même revue nous apprend qu'une fois prise l'habitude de ce mélange, la consommation d'alcool peut entraîner de puissants cravings de cocaïne, et vice-versa, même après plusieurs mois d'abstinence. Les deux dépendances deviennent donc liées.

edit

bubble_chart Synergistic tendency

shuffle

Mixed

The combination of these substances attenuates some of their effects and increases others.
Reliability: hypothetical.
check_circle brightness_1 brightness_1

error_outline Estimated risk

report

Unsafe

The combination of these substances presents non-negligible physical or mental risks.
Reliability: hypothetical.
check_circle brightness_1 brightness_1

flare About effects

It seems established that GHB has a two-phase effect: sedative at high doses, then stimulant in a second phase or at low doses. Its interactions therefore depend on both dosage and temporality. This particularity is documented in this small study, and in secondary sources such as PNWiki and this topic.

D'après les discussions entre usager·es (telles qu'ici, et ), les effets sédatifs du GHB et stimulants de la cocaïne s'annulent. Cela pousse à consommer davantage afin de les sentir quand même. Lorsqu'un des deux produits descend, l'autre semble monter.

Le mélange a toutefois son propre effet. Le GHB supprimerait l'anxiété de la cocaïne, tout en augmentant l'euphorie et l'excitation sexuelle. Il peut être difficile d'atteindre l'état désiré, avec une oscillation entre les effets subjectifs des deux produits.

De fortes doses peuvent aussi mener à un état paradoxal ou délirant : cet internaute parle de "perte de rationalité", et dans ce rapport de cas, une personne en dépression respiratoire résiste aux secouristes. De rares personnes ressentent des nausées avec ce mélange. Certaines personnes utilisent le GHB pour supporter les descentes de cocaïne.

menu_book About risks

Nous avons trouvé de nombreux rapports d'hospitalisation impliquant ces deux produits, tel que celui-ci qui en recense 54 sur deux années. Quelques décès sont recensés (comme ici et ). Il n’a jamais été possible de déterminer si la cause du problème était une surdose d’un des deux produits, ou le mélange lui-même. Nous nous reposons donc sur les témoignages d'usager·es (voir ici, et ) pour décrire les risques du mélange.

La sensation que les deux produits s'annulent peut pousser à consommer davantage de chaque, avec un risque de surdose lorsqu’un des deux cesse d'agir. Cet internaute s'est ainsi cassé une dent en perdant brusquement conscience. De nombreux usager·es conseillent de limiter les prises et d’en tenir le compte, voire de suivre une "feuille de route" pré-déterminée.

Le fait que la cocaïne contrecarre la somnolence induite par le GHB peut entraîner, à haut dosage, un état semi-lucide. Cela entraîne des risques contextuels, car la personne pourrait agir au mépris de sa sécurité (ou de celle d'autrui).

Enfin, les propriétés stimulantes du GHB (qui surviennent à la fin des effets principaux) pourraient s'ajouter à ceux de la cocaïne pour entraîner un risque cardio-vasculaire.

Cocaine + MDMA (Sugar flip)

edit

bubble_chart Synergistic tendency

shuffle

Mixed

The combination of these substances attenuates some of their effects and increases others.
Reliability: inferred.
check_circle check_circle brightness_1

error_outline Estimated risk

report

Unsafe

The combination of these substances presents non-negligible physical or mental risks.
Reliability: inferred.
check_circle check_circle brightness_1

flare About effects

La cocaïne et la MDMA ont en commun leur action sur la dopamine, la sérotonine et, dans une moindre mesure, sur la noradrénaline. Leurs modes d'action diffèrent néanmoins. Elles ont donc de nombreux effets similaires comme la stimulation, l'hyperthermie et la confiance en soi.

Pourtant, d'après ces témoignages et ce rapport (p.57), les usagers décrivent une diminution des effets empathogènes lorsque les deux drogues sont prises ensemble. Des études comportementales sur les animaux laissent par ailleurs soupçonner une synergie complexe. D'après le même rapport de l'OFDT (p.55 et 62), la cocaïne est plutôt consommée pendant la descente de MDMA.

menu_book About risks

Comme le montre cette méta-étude, la cocaïne et la MDMA ont toutes deux des effets cardiotoxiques. Les combiner sans baisser les dosages pourrait donc entraîner un plus grand risque de complication cardiovasculaire.

Concernant le syndrome sérotoninergique, cette méta-étude le classe comme "risque de niveau intermédiaire".

edit

bubble_chart Synergistic tendency

help_outline

Unknown

The effects of this combination are not known.

error_outline Estimated risk

warning

Caution

This combination presents relatively low physical or mental risks, or may result in risky situations.
Reliability: inferred.
check_circle check_circle brightness_1

flare About effects

Les témoignages sont trop rares pour qu'on puisse en tirer une généralité. Sur ce thread, les avis divergent entre une euphorie "écrasante", une augmentation de l'anxiété et une expérience neutre. De son côté, TripSit indique une synergie positive (l'affirmation n'est pas sourcée). Cet usager met en garde contre le re-dosage compulsif.

Une étude menée sur des souris montre que le protoxyde d'azote bloque l'expression de la préférence pour la cocaïne. En effet, le protoxyde d'azote est parfois utilisé en milieu médical pour soulager le craving consécutif à un sevrage (méthode PAN). Cette étude en évalue l'efficacité chez l'humain dans le cas de la cocaïne. Toutes ces expérimentations ont été menées dans des cadres très différents de la consommation récréative, avec des dosages contrôlés, une administration continue, du matériel adapté et un personnel qualifié.

menu_book About risks

Le site drugs.com, qui recense les effets des médicaments et les risques de leurs interactions, ne contient aucune donnée pour cette combinaison. Ces deux produits étant bien connus et bien documentés, on peut en déduire qu'il n'y a pas de risque majeur. Néanmoins, la consommation récréative est souvent bien différente de l'utilisation médicale et peut présenter des risques inattendus.

Par exemple, d'après cet usager, combiner ces produits augmente leur potentiel addictif. Dans son cas, l'euphorie est si forte qu'il lui est difficile d'arrêter d'en reprendre. Un autre usager témoigne plutôt d'une augmentation de l'anxiété et de la paranoïa.

D'après le site drugscience.org, le protoxyde d’azote pourrait être plus dangereux en combinaison avec les produits affectant la pression sanguine ou le rythme cardiaque. Comme c’est le cas de la cocaïne, cette combinaison requiert des précautions chez les personnes à risques cardio-vasculaires. Le manque d’oxygène ayant un rôle dans la tachycardie du protoxyde d’azote, il est important de respirer régulièrement hors du ballon et d’espacer les prises.

Cocaine + Ketamine (Calvin Klein)

edit

bubble_chart Synergistic tendency

shuffle

Mixed

The combination of these substances attenuates some of their effects and increases others.
Reliability: inferred.
check_circle check_circle brightness_1

error_outline Estimated risk

warning

Caution

This combination presents relatively low physical or mental risks, or may result in risky situations.
Reliability: inferred.
check_circle check_circle brightness_1

flare About effects

Les témoignages de ce mélange (tels qu'ici, et ) rapportent souvent que le ressenti de chacune des substances est atténué. Cela peut être apprécié et recherché, par exemple pour rester mobile malgré les effets de la kétamine, ou réduire l’anxiété liée à la cocaïne. Au contraire, cela peut représenter un obstacle ou être désagréable (plusieurs messages parlent de « gâchis » de l’un ou l’autre produit).

Cela pourrait s'expliquer par le fait que les effets stimulants de la cocaïne et dissociatifs de la kétamine se contrecarrent dans une certaine mesure. Il faut aussi noter que chez le rat, le mélange augmente l’élimination de la cocaïne, et donc réduit de 30% sa concentration dans le sang (celle de la kétamine n'est pas affectée).

Pour autant, ces substances ne sont pas antidotes : leur mélange produit des sensations particulières. Les internautes qui apprécient cette synergie donnent rarement des détails. D’après ce témoignage, les effets sont plus physiques que mentaux (une sensation agréable dans le corps), tandis que celui-là parle d’onirisme et d’euphorie. Cet article relaie d’autres descriptions du mélange en contexte festif.

menu_book About risks

En 2023, il n'y avait pas de rapport de cas d'intoxication attribués à ce mélange. Mais ce traité d’anesthésie (p.8) met en garde contre ce mélange. En effet, la kétamine et la cocaïne augmentent toutes les deux la pression sanguine et le rythme cardiaque, ce qui entraîne des risques cardio-vasculaires. Cette étude montre d’ailleurs des effets similaires sur le coeur, ce qui pourraient potentialiser la toxicité à plus ou moins long terme.

Par ailleurs, comme on peut le lire ici, le mélange n’est pas forcément agréable et peut entraîner une certaine confusion. La combinaison des effets anesthésiants et stimulants entraîne théoriquement des risques contextuels (par exemple de se blesser), bien que nous n’en ayons pas trouvé de signalement. Enfin, l'auteurice de ce témoignage anecdotique rapporte comment la perception du temps biaisée par la kétamine peut mener à l'abus de cocaïne.

edit
edit
edit
edit
edit
edit
chevron_left