Substance: Opiates

info About

Les opiacés sont une famille de substances analgésiques et euphorisantes apparentées à l'opium, présent dans le pavot somnifère. Elles agissent principalement comme agonistes des récepteurs μ-opioïdes.

Les informations ci-dessous concernent les opiacés métabolisées en morphine, telles que la codéine ou l'héroïne, et la morphine elle-même. Elles ne concernent pas les opiacés ayant une action pharmacologique différente, telles que le tramadol ou le fentanyl qui agissent significativement sur la sérotonine.

edit

bubble_chart Synergistic tendency

shuffle

Mixed

The combination of these substances attenuates some of their effects and increases others.
Reliability: inferred.

error_outline Estimated risk

report

Unsafe

The combination of these substances presents non-negligible physical or mental risks.
Reliability: inferred.

flare About effects

Les témoignages (comme ici) vont dans le sens d'une addition des effets, avec une puissante euphorie, et un mélange du ressenti cotonneux des opiacés et de la stimulation de la cocaïne. Les injecteur·ices décrivent un "double-flash" comparable à un orgasme (exemple), mais très court et régulièrement suivi de sentiments négatifs.

Comme en témoigne cet usager, la plus longue durée d'action des opiacés réduit en partie les symptômes de la descente de cocaïne et le craving qui lui succède.

Des récits comme celui-ci, ou celui-là, cherchent à mettre en garde contre le potentiel addictif de cette combinaison en exposant ses conséquences sur la vie de leurs auteurices.

menu_book About risks

Les opiacés étant des dépresseurs du système nerveux overdosables, il faut être très vigilant à ne pas en abuser lorsqu'on les combine avec un stimulant qui masque leurs effets. Le danger d'overdose est amplifié par la courte durée d'action de la cocaïne : l'usager risque de mal évaluer sa dose d'opiacé, et d'en subir les effets une fois la cocaïne redescendue. La page wikipédia du speedball liste des personnalités décédées de cette combinaison.

Les opiacés (dans l'étude qui suit, l'héroïne) et la cocaïne sont des produits neurotoxiques. Cette étude portant sur des rats, discutée ici, semble indiquer qu'en cas de combinaison, les dégâts sont plus importants que pour chaque substance seule. En ciblant le cortex préfrontal, cette neurotoxicité limite les facultés de contrôle, de jugement, de prise de décision. Aux propriétés addictives des deux produits s'ajoute donc un mécanisme neurologique altérant le contrôle de soi, et cette boucle de rétroaction pourrait rendre le speedball particulièrement addictif.

De manière générale, cette combinaison est connue pour entraîner une forte dépendance (voir par exemple des témoignages ici et ). Par ailleurs, cette étude montre que la poly-consommation de stimulants et de dépresseurs serait corrélée à plus de pratiques à risque et d'effets secondaires négatifs que la consommation de stimulants seuls.

edit

bubble_chart Synergistic tendency

add

Additive

These substances do not interact significantly. Their effects are similar and add up.
Reliability: proven.

error_outline Estimated risk

report

Unsafe

The combination of these substances presents non-negligible physical or mental risks.
Reliability: inferred.

flare About effects

Comme l'explique cette revue de littérature, l'alcool amplifie additionnellement les effets de sédation, de somnolence et de confusion des opiacés. Ce témoignage décrit l'expérience de façon plutôt exhaustive : anesthésie, euphorie, désinhibition, troubles de mémoire, mauvaise coordination, troubles de l'élocution, difficultés à uriner et à effectuer des tâches simples. Par ailleurs, ce mélange peut provoquer des nausées, qui deviennent dangereuses quand couplées à la somnolence (comme ici, où l'usager s'endort en vomissant).

Plusieurs témoignages (ici, ici et ) rapportent des contre-coups difficiles : nausée, déprime et maux de tête.

Ce mélange est souvent effectué par des personnes sous médication qui consomment de l'alcool sans s'attendre à l'interaction (comme ici).

menu_book About risks

Comme l'explique cette revue de littérature, l'alcool amplifie les effets de sédation, de somnolence et de confusion des opiacés. Il faut donc éviter toute tâche requérant de l'attention ou de la précision. Les surdoses sont potentiellement mortelles, car elles provoquent des nausées, des pertes de conscience, et réduisent les réflexes de toux et de respiration. Il y a donc un risque de s'étouffer avec sa langue ou son vomi, ou d'arrêter de respirer dans son sommeil. Pour cette raison, TripSit et CombiChecker classent ce combo comme étant dangereux. Le site internet drugs.com, qui s'adresse aux professionnels de la santé, indique lui un risque modéré.

Par ailleurs, comme le rappelle la même source, de nombreux médicaments opiacés contiennent aussi du paracétamol. La toxicité pour le foie de ce dernier est multipliée en cas de consommation massive ou chronique d'alcool.

D'après cette autre revue de littérature, une proportion remarquable d'usagers d'opiacés serait également alcoolique, et l'abstinence d'alcool leur serait plus difficile qu'aux non-usagers d'opiacés. Par ailleurs, d'après ces témoignages, boire de l'alcool accélérerait la venue du manque d'opiacé. Les deux dépendances pourraient donc se renforcer l'une l'autre.

edit

bubble_chart Synergistic tendency

shuffle

Mixed

The combination of these substances attenuates some of their effects and increases others.
Reliability: hypothetical.

error_outline Estimated risk

warning

Caution

This combination presents relatively low physical or mental risks, or may result in risky situations.
Reliability: hypothetical.

flare About effects

Les opiacés et le protoxyde d'azote ont en commun leurs effets anesthésiants et sédatifs, qui s'ajoutent en cas de combinaison. Ainsi, cette notice récapitulative indique une potentialisation ; et l'auteur de cette conférence prévient d'une dépression cardiovasculaire en cas de combinaison. Cette étude sur les humains rapporte bien une augmentation de l'analgésie, bien qu'il soit difficile de dire s'il s'agit d'une addition ou d'une multiplication. Le site drugs.com indique donc qu'on peut s'attendre à devoir baisser les dosages de protoxyde d'azote.

Néanmoins, le protoxyde d'azote pourrait réduire l'addiction aux opiacés en bloquant la libération de dopamine impliquée dans les mécanismes addictifs. Ainsi, cette étude menée sur des rats conclut qu'il diminue le craving de morphine, tandis que celle-ci rapporte qu'il aurait bloqué l'expression d'une préférence pour ce même produit. Ces expérimentations ont néanmoins été menées dans des cadres très différents de la consommation récréative, avec des dosages contrôlés et une administration continue.

Il y a trop peu de retours d'expérience pour que l'on puisse se faire une idée des effets subjectifs de cette combinaison. Cet usager rapporte que les effets du protoxyde d'azote, en dehors de quelques déformations visuelles, se sont presque entièrement fondus dans ceux de la codéine.

menu_book About risks

La dangerosité de cette combinaison est difficile à évaluer, car la consommation récréative diffère des conditions médicales. En théorie, mélanger deux produits anesthésiants majore les risques d'arrêt cardiaque et d'asphyxie. Ainsi, l'auteur de cette conférence prévient d'une dépression cardiovasculaire en cas de combinaison. Néanmoins, ces informations concernent une administration continue, alors que l'usage de ballons implique des effets très brefs. La mort par toxicité directe des produits est donc peu probable.

Mais, comme le rappelle TripSit, cela n'enlève pas les autres risques inhérents à une combinaison de dépresseurs : chute, perte de mémoire, étouffement par aspiration de son propre vomi... Pour cette raison, il est plus prudent de consommer assis ou en PLS, et/ou en présence d'une personne apte à prendre soin de vous (trip sitter).

edit

bubble_chart Synergistic tendency

shuffle

Mixed

The combination of these substances attenuates some of their effects and increases others.
Reliability: inferred.

error_outline Estimated risk

warning

Caution

This combination presents relatively low physical or mental risks, or may result in risky situations.
Reliability: inferred.

flare About effects

Certains effets dépresseurs des opiacés (comme le ralentissement cardiaque ou la relaxation musculaire) sont opposés à l'effet stimulant de la MDMA. Leurs effets peuvent donc se contrarier, mais ils ne s'annulent pas : ces substances ne sont pas un antidote l'une de l'autre.

Peu de retours d'expériences sont disponibles, aussi il est difficile d'en tirer des généralités. Mais on peut noter que les usagers occasionnels semblent en tirer une euphorie unique ("bliss") où les effets secondaires des deux substances s'équilibrent. Le risque de dépendance est mis en avant. Les effets contradictoires du mélange peuvent aussi entraîner des effets très bizarres, comme dans ce trip report où l'auteur se sent "comme un somnambule".

Cette méta-étude rapporte que l'utilisation d'opiacés pour amortir la descente de MDMA pourrait venir de leur effet pro-sérotoninergique.

menu_book About risks

Les opiacés étant des dépresseurs du système nerveux dont certains sont facilement overdosables (comme l'héroïne ou la morphine), il faut rester vigilant à ne pas abuser lorsqu'on les combine avec un stimulant qui masque leurs effets.

Cette méta-étude rapporte que certain·es usager·es utilisent les opiacés pour pour surmonter la descente et le contrecoup de la MDMA ou pour atténuer ses effets stimulants. Ces utilisations sont corrélées à une augmentation de la consommation de l'une ou l'autre substance seule : en d'autres termes, cela peut indiquer un plus grand risque de dépendance. Cette autre étude montre que la poly-consommation de stimulants et de dépresseurs serait corrélée à plus de pratiques à risque et d'effets secondaires négatifs que la consommation de stimulants seuls.

Certaines organisations mettent en avant l'effet contradictoire de ce type de combinaisons pour souligner un risque de complication cardiaque.

Attention, ces données ne sont pas valables pour le tramadol, qui jouit d'une page dédiée.

edit
edit
edit
edit
edit
edit
edit
edit
edit
edit
edit