edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_up

Potentialisation

Les effets de ces substances sont multipliés ou fortement modifiés par leur combinaison.
Fiabilité : supposée.

error_outline Risque estimé

cancel

Dangereux

La combinaison de ces substances présente d'importants risques physiques ou mentaux.
Fiabilité : avérée.

flare À propos des effets

L'alcool et le GHB ont en commun leur mode d'action par activation du système GABA, qui se traduit par un effet dépresseur du système nerveux central. Leur combinaison entraîne une puissante potentialisation, souvent bien supérieure à ce que souhaitait l'usager·e, même à doses basses. Ainsi, la plupart des trip report disponibles sur Erowid mettent en garde contre ce mélange.

Les effets incluent couramment une perte de mémoire, de motricité, des nausées et un évanouissement. La personne en black-out peut aussi rester mobile et agir de façon incontrôlée (ainsi ce témoignage d'un usager qui saute d'un camion sur l'autoroute). Certaines personnes rapportent une augmentation de la libido et des actes inhabituels, regrettés le lendemain (comme ici ou ) : dans ces conditions, on ne peut pas considérer qu'il y ait consentement, et en profiter serait une agression sexuelle.

Cette étude sur des rats montre que cette combinaison réduit l'état de conscience et ralentit la respiration, parfois jusqu'à la mort. En effet, cette petite étude sur des humains rapporte une baisse de tension et de saturation sanguine en oxygène. Ainsi, cette usagère cesse plusieurs fois de respirer dans l'ambulance qui l'emmène à l'hôpital.

La même petite étude rapporte des perturbations gastro-intestinales, ce qui concorde avec des témoignages d'usagers (ici et ) souffrant de maux de ventre après un abus.

menu_book À propos des risques

Les témoignages et les études (par exemple chez les rats) montrent que la prise conjointe d'alcool et de GHB augmente drastiquement la sédation, et donc les risques d'amnésie, de black-out et d'évanouissement. Cela peut déboucher sur une perte de contrôle, dangereuse pour soi et pour autrui. Une personne en black-out est particulièrement vulnérable et doit être surveillée et protégée.

Comme le rappellent TripSit et Combi-Checker, une personne inconsciente risque d'avaler sa langue ou de s'étouffer dans son vomi. Pour cette raison, elle doit toujours au moins être placée en position latérale de sécurité (PLS). Mais, en raison du risque élevé de dépression respiratoire, il vaut mieux ne pas hésiter à appeler les secours en cas d'évanouissement.

Ainsi, cette étude statistique sur les admissions aux urgences montre que les usager·es de cette combinaison arrivent plus souvent en ambulance (avec un état de conscience réduit), ont besoin de plus de traitements et restent plus longtemps que les usager·es de GHB seul. Cette autre étude (de 2011) relève que l'alcool est impliqué dans 40% de 226 décès imputés au GHB.