edit

bubble_chart Tendance synergique

shuffle

Mixte

La combinaison de ces substances atténue certains de leurs effet et en augmente d'autres.
Fiabilité : hypothétique.
check_circle brightness_1 brightness_1

error_outline Risque estimé

report

Risqué

La combinaison de ces substances présente des risques physiques ou mentaux non négligeables.
Fiabilité : supposée.
check_circle check_circle brightness_1

flare À propos des effets

Il n'y a pas d'étude à propos de la combinaison d'alcool et de 3-MMC. Les quelques témoignages vont de l’atténuation des deux substances à leur potentialisation : pour certain·es la sensation d’ivresse alcoolique disparaît totalement, tandis que pour d’autres elle reste bien présente ; certain·es trouvent que les effets de la 3-MMC sont « ternis » par l’alcool, tandis que pour d’autres ils sont augmentés, avec une forte désinhibition. Ces divergences dépendent probablement à la fois de sensibilités individuelles et des proportions entre les deux produits.

Dans tous les cas, si les effets de la 3-MMC cessent avant ceux de l'alcool, on peut se trouver soudainement très ivre.

Combiner la méphedrone (4-MMC) avec de l'alcool augmenterait et prolongerait ses effets d'euphorie et de bien-être, d'après cette petite étude (n=11) sur des humains. La sensation d'ivresse alcoolique serait réduite (mesure subjective), mais les performances seraient quand même altérées (mesure objective). On peut faire le lien avec cette étude sur des rats, qui montre que l’alcool augmente et prolonge la libération de sérotonine induite par la méphedrone. Nous n'avons pas encore trouvé de témoignage à propos de cette combinaison.

menu_book À propos des risques

Cette petite étude (n=11) sur des humains montre une toxicité cardiaque supplémentaire en cas de combinaison d'alcool et de 3-MMC. Des témoignages (ici et ) rapportent une forte déshydratation, qui pourrait être particulièrement toxique pour les reins.

D’après les mêmes témoignages, la sensation de sobriété peut entraîner un abus d’alcool, et une surdose (voire un black-out) si les cathinones cessent de faire effet en premier. Aussi, la divergence entre l’ivresse ressentie (atténuée par les cathinones) et l’ivresse réelle pourrait mener à des accidents si l’usager·e se croit sobre alors qu’iel ne l’est pas.

Chez les souris adolescentes, l'abus d'alcool en plus de méphedrone est plus neurotoxique pour les systèmes dopaminergiques et sérotoninergiques, et réduit les capacités d'apprentissage et la neurogenèse. Une étude similaire montre que l'alcool augmenterait le potentiel addictif de la méphedrone.