edit

bubble_chart Tendance synergique

shuffle

Mixte

La combinaison de ces substances atténue certains de leurs effet et en augmente d'autres.
Fiabilité : hypothétique.

error_outline Risque estimé

report

Risqué

La combinaison de ces substances présente des risques physiques ou mentaux non négligeables.
Fiabilité : supposée.

flare À propos des effets

Il n'y a pas d'étude à propos des combinaisons entre l'alcool et le PCP ou ses dérivés, mais on peut faire des suppositions à propos de leurs pharmacologies. La dissociation (antagonisme NMDA) des dérivés du PCP devrait être amplifiée par les effets dépresseurs de l'alcool (agonisme GABA) et entraîner une augmentation de l'ivresse et de la confusion. Mais ils ont aussi des propriétés stimulantes et/ou psychédéliques qui peuvent contrebalancer celles de l'alcool, sans forcément les annuler. À titre d'exemple, nous avons compilé des témoignages à propos de deux substances.

Concernant le 3-HO-PCP, les retours de ce thread indiquent que la combinaison avec l'alcool provoque une sensation d'ivresse supérieure, s'exprimant par de la confusion, de l'engourdissement, des troubles de mémoire et une baisse de la coordination. Il y est conseillé de garder les dosages au minimum possible, au risque sinon de faire un black-out.

Concernant le 3-MeO-PCP, les retours de ce thread et de celui-ci indiquent qu'à petite dose, la combinaison avec l'alcool procure une euphorie et une impression de lucidité qui rendent plus agréable l'ivresse alcoolique (bien que cet usager·e rapporte l'effet inverse). Néanmoins la coordination est quand même altérée, ce qui indique que les effets de l'alcool ne sont pas annulés. Cette impression de sobriété peut mener à une consommation excessive, débouchant alors sur un black-out, dont le seuil semble plus bas qu'avec l'alcool seul.

menu_book À propos des risques

Ici, nous traiterons les dérivés du PCP comme un ensemble en raison de leurs ressemblances. L'absence d'étude scientifique nous empêche d'évaluer les risques avec certitude. Nous pouvons toutefois rassembler les témoignages d'usager·es pour nous faire une idée.

Comme le relève ce fil de discussion, les combinaisons entre alcool et dissociatifs sont généralement déconseillées à cause d'un risque supposé de dépression respiratoire. Néanmoins, en ce qui concerne les dissociatifs stimulants tels que le 3-MeO-PCP ou le 3-HO-PCP, nous n'avons pas trouvé de retour allant en ce sens. Pour autant, ces combinaisons ne sont pas exemptes de risques.

Ainsi, comme le relèvent ces témoignages, la confusion, l'engourdissement et les troubles de la coordination sont augmentés, ce qui peut déboucher sur des situations dangereuses. Ce fil de discussion met l'accent sur un risque de black-out en cas de sur-consommation, celle-ci pouvant être favorisée par la désinhibition et la sensation de lucidité. La tendance des dérivés du PCP à entraîner des états maniaques (voir par exemple ce thread) pourrait être d'autant plus nocive dans un contexte où l'usager·e ne se contrôle plus. Enfin, les vomissements (tels que décrits ) sont particulièrement dangereux en cas d'inconscience, car peuvent conduire à la mort par aspiration.