edit

bubble_chart Tendance synergique

trending_down

Atténuation

Les effets de ces substances sont contradictoires et certains d'entre eux s’atténuent.
Fiabilité : avérée.

error_outline Risque estimé

warning

Vigilance

Cette combinaison présente de faibles risques physiques ou mentaux, ou peut déclencher des situations à risque.
Fiabilité : hypothétique.

flare À propos des effets

En règle générale, les effets de la MDMA sont amoindris par la prise de neuroleptiques : les antagonismes sérotoninergique et dopaminergique contrent son mode d'action, tandis que l'effet anti-histaminique peut rendre somnolent. Néanmoins, en fonction du profil du-dit neuroleptique, quelques différences peuvent survenir. Cette fiche va présenter les réactions les plus courantes. Gardons à l'esprit qu'il y a peu d'études sur ce sujet, qu'elles portent principalement sur les rats, et que les informations récoltées pourraient n'être pas représentatives.

Chez les rats, on constate que l'olanzapine (Zyprexa) réduit l'hyerthermie induite par la MDMA grâce à son antagonisme sérotoninergique. Les témoignages humains confirment qu'elle diminue fortement les effets de la MDMA, d'une façon qui varie selon les individus. Certaines personnes n'ont aucune euphorie mais en subissent les effets secondaires ; d'autres ont une euphorie réduite mais pas d'effet secondaire. Cet usager rapporte n'avoir eu aucun effet à 200mg de MDMA.

La quietapine (Seroquel) agirait surtout comme anti-histaminique, à moins d'une posologie élevée (lire cet article). Son impact sur la MDMA dépendrait donc de la dose prescrite. Cet usager en donne une estimation (mais les sensibilités pouvant varier, il ne faut pas la prendre au pied de la lettre). Cette personne rapporte une prise de MDMA "ruinée", tandis qu'une autre apprécie de prendre sa dose quotidienne de quietapine après le pic.

Il n'y a pas de retour humain du combo avec la clozapine (Clozaril ou Leponex) ou la risperidone (Risperdal) ; mais chez les rats, toutes deux bloquent l'hyperthermie et la stimulation normalement induites par la MDMA (clozapine ; risperdone). Pour cette raison, la clozapine est envisagée comme antidote à la MDMA (notamment ici). Sous risperidone, les rats ne semblaient pas non plus "reconnaître" les effets de la MDMA (étude).

L'haloperidol (Haldol) et la chlorpromazine (Thorazine) semblent bloquer l'hyperactivité de la MDMA de par leurs effets anti-dopaminergiques (pages 22 et 27 de cette revue bibliographique). De plus, l'haloperidol bénéficie d'une étude sur les humains, dont il ressort une anxiété lors de la montée, une euphorie atténuée et la réduction de certains effets secondaires comme le bruxisme. Bien que l'échantillon soit trop réduit pour être représentatif, quelques témoignages comme celui-ci rapportent non seulement des effets décevants mais un contrecoup. Il serait donc possible que l'haloperidol favorise les expériences désagréables en plus d'annuler les effets recherchés. Sans surprise, il réduit également l'hyperthermie induite par la MDMA chez les rats.

Nous n'avons pas trouvé d'information sur les molécules non-citées dans cette liste. Il est possible de formuler ses propres hypothèses en se basant sur leurs propriétés, telles que les récepteurs ciblés et leur affinité avec.

menu_book À propos des risques

Les neuroleptiques sont des substances complexes et mal connues malgré leur large utilisation (voir par exemple cette critique de la littérature existante). Il existe peu d'études sur leur interaction avec la MDMA autrement que pour constater une réduction des effets de cette dernière. Bien que cet aspect d'antidote puisse induire un sentiment de sécurité, des réactions insoupçonnées pourraient donc survenir.

Malgré qu'il soit tentant de forcer sur les doses pour obtenir l'effet désiré, cela n'est pas dénué de risque. En effet, si les neuroleptiques bloquent la plupart des effets de la MDMA, ils ne les bloquent pas tous. Par exemple, l'haloperidol semble inefficace sur l'augmentation de la pression sanguine induite par la MDMA (étude). Cette pratique pourrait donc exacerber certains effets secondaires (notamment au niveau du système cardio-vasculaire ou de l'anxiété).

Il faut aussi envisager que la MDMA, à son tour, altère l'effet des neuroleptiques : pour l'haloperidol par exemple, une étude conclut que les rats sous traitements sont moins sédatés quand on leur donne de la MDMA. Elle pourrait agir sur la métabolisation des neuroleptiques (notamment en réduisant l'activité des enzymes CYP2D6 et en augmentant celle des enzymes CYP1A2) ; dans un article, ce neurologue nous indique ainsi quelques interactions possibles.

La prudence met évidemment en garde contre la tentation de suspendre un traitement de fond, ayant trait à la santé mentale, en vue de consommer un produit psychoactif. ll appartient à l'usager de peser scrupuleusement la balance risque/bénéfice.